Trois communautés représenteront le Québec en crosse aux Jeux du Canada en 2021

Jeux du Canada
Radio-Canada

Sport national d'été, la crosse est pourtant absente des Jeux du Canada depuis 1985. L'an prochain, elle fera toutefois son retour et la Fédération québécoise a amorcé ce week-end ses évaluations pour former une équipe unifiée formée des communautés francophone, anglophone et autochtone.

Unir ainsi les trois communautés est une nouveauté pour la Fédération de crosse du Québec, explique son directeur technique Stéphane Brière.

La crosse, c'est un sport autochtone. Le lien avec les communautés autochtones a toujours été là, mais les dernières années, les temps changent, précise-t-il. On se rapproche de plus en plus. Sur le terrain présentement, j'ai des entraîneurs autochtones qui travaillent avec des entraîneurs francophones et anglophones. C'est vraiment cool que ça arrive à faire une belle unité au Québec.

D'habitude, on joue contre les autres communautés. Mais pour une fois, on va pouvoir s'unir avec eux et mettre nos connaissances ensemble. Ça va nous faire connaître d'autres personnes.

Shawn Pearson, joueur de crosse de 15 ans

Une soixantaine de joueurs sont réunis à Candiac pour le camp d'évaluation de la fédération. À la fin du week-end, 35 seront retenus pour les entraînements hebdomadaires jusqu'au mois de novembre quand l'équipe sera réduite à sa forme finale de 16 joueurs et 2 gardiens.

Pendant tellement longtemps, il n'y avait pas de solutions pour l'élite. Ils allaient jouer en Ontario. On est en train de les ramener au Québec. Sauf que toutes ces compétitions, ce sont des compétitions nationales et ils veulent représenter le Québec. On est fiers, explique Stéphane Brière.

L’équipe d'entraîneurs dirigée par Paul Lehmann est aussi hétéroclite. Le Vancouvérois s'est entouré d'entraîneurs issus des trois communautés en Jeffrey Hébert, Garret Cree, Myan Adams, Mike Thompson et David Ouellette.

Il y a beaucoup de compétition ici. Il y a des Mohawks, des Québécois francophones et anglophones. C'est un mélange des trois cultures. C'est unique et le signe qu'on a beaucoup évolué, explique l'entraîneur-chef d'Équipe Québec.

Il y a toujours un défi parce que les cultures sont différentes. Mais avec 12 mois, c'est sûr qu'on va réussir à former une bonne équipe.

Paul Lehmann, entraîneur-chef de l'équipe du Québec de crosse

Même si l'équipe unifiée n'en est qu'à ses balbutiements, Paul Lehmann parle avec optimisme de ses chances de succès sur la scène nationale.

L'objectif, c'est la médaille d'or aux Jeux du Canada. L'équipe ici commence à se former tôt, c'est une grande chance pour nous. J'ai hâte aux 12 prochains mois. Ça fait depuis 1985 que la crosse a été aux Jeux du Canada. En 1981, le Québec a gagné la médaille d'or. Alors, c'est une possibilité pour nous, assure-t-il.

Même s'il a le statut de sport national d'été depuis 1994, la crosse doit encore aujourd'hui composer avec certains préjugés, dont la violence inhérente à sa pratique. Or, le président de la Fédération québécoise assure que le sport a nettement évolué.

C'est encore vu comme un sport violent, déplore-t-il. Chaque fois qu'on parle de la crosse, on rappelle que ça se battait. Mais c'était il y a 30 ans. La société a changé, le sport a changé. La crosse a changé beaucoup. Il n'y en a plus de batailles maintenant. Les contacts comme on voyait il y a 15-20 ans, ça ne se voit plus. C'est tellement rapide, comme le hockey, maintenant, c'est la vitesse. Quand tu cours vite, quand la balle bouge vite, c'est dur de frapper l'adversaire. Tout a changé. C'est mon plus grand défi, faire comprendre que ce n'est pas un sport violent. C'est dur.

Comme bien d'autres fédérations, celle de crosse a été frappée par la pandémie, et les défis financiers étaient déjà bien présents. Mais Stéphane Brière se rassure déjà en voyant l'engouement des jeunes de moins de 16 ans qui formeront bientôt l'équipe du Québec.

Juste avoir les 60 joueurs qui sont là, on est déjà fiers de ça.

Avec les informations de Yanick Bourdon

[La source apparaitra ici.]

Social

Dernières nouvelles